Aller directement au contenu

Catégorie : Langue française

Cordonnier, pas au-delà de la sandale

La langue latine ne désarme pas. Peu à peu minorée, voire marginalisée dans l’enseignement, elle reste en embuscade dans notre quotidien et ressurgit par plus d’un détour. Elle a réussi un récent coup d’éclat avec le mot de l’année 2021 choisi par les internautes du Soir et de la RTBF : ultracrépidarianisme. Apparu dans sa version anglaise – ultracrepidarianism – dès 1819, le mot n’a connu sa graphie française qu’il y a peu, en 2014. L’ultracrépidarianisme…

Pour affiner la traduction française de « fake news »

Depuis quelques années, l’expression « fake news » a proliféré dans l’espace public – en particulier dans les médias – avec la même combativité que l’anglais lui-même et son expansionnisme tentaculaire. Or, son apparition n’est pas toute récente. Selon Jayson Harsin, professeur à l’université américaine de Paris, le terme fake news aurait été utilisé pour la première fois en 1999, lors de l’émission de télévision satirique américaine The Daily Show. D’emblée les francophones qui continuent à parler…

L’Épicure de rappel

(version intégrale) Après des siècles de cohabitation, le moment est-il venu de placardiser les penseurs anciens ? Et avec eux le grec et le latin qui donnent accès à leur lecture dans le texte même ? L’éducation, qui se veut moderne et numérique, y gagnerait-elle ? Ou, au contraire, se saignerait-elle ipso facto – et à tort – d’une part importante de son humanisme, sinon de son humanité ? Fervent supporter de l’Antiquité grecque, je reste stupéfait de vérifier…

L’Épicure de rappel

(version abrégée) Faut-il placardiser les penseurs anciens et, avec eux, le grec et le latin, accès directs à leur lecture ? Une éducation qui se veut moderne et numérique y gagnerait-elle ? Ou, au contraire, se saignerait-elle ipso facto d’une part notable de son humanisme, sinon de son humanité ? Ces échos intemporels, chaque époque les entend de sa propre oreille. À condition qu’une écoute attentive évite les simplismes. Un exemple type ? Épicure, associé sans nuances à la…

Prendre parti pour le mouvement ?

Il flotte dans l’atmosphère de certains partis politiques un effluve de volonté de se recycler en « mouvements ». Un peu comme si l’étiquette de « parti » devenait trop lourde à porter ou trop peu porteuse d’un point de vue électoral. Il y a quelques années, suite aux abus financiers liés au fonctionnement de plusieurs partis[1], j’avais  posé la question de savoir si la suppression des partis ne désinfecterait pas la société d’un mal tenace. Alors, plutôt qu’un…

La déferlante des écrits vains

Par les temps qui courent, (presque) chacun a son mot à dire. Et le plus souvent, il le dit ou il l’écrit. Les canaux multipliés assurent une grande diversité des supports. Mais les fondamentaux demeurent : des lettres, des mots, des lignes, des pages, des papiers – même s’ils ne consomment pas de papier –, des articles… La filière est respectée sur toute la ligne. Encore faut-il que ces moyens servent un rédacteur qui ne se…

Discriminatoire, le langage ?

Êtes-vous devenu, comme beaucoup de nos contemporains, hypersensible à la discrimination, dont les avatars prolifèrent à l’envi ? On ne compte plus ceux qui s’insurgent à juste titre contre tout « traitement inégal et défavorable appliqué à certaines personnes », mais d’aucuns veulent que la règle s’étende aux animaux, voire à tout vivant. Les chevaliers de l’égalité et du respect intégral ont milité pour que les manquements au principe sacro-saint soient considérés comme des délits et poursuivis comme…

Quand les animaux sont de bon conseil

Des études de plus en plus nombreuses le découvrent : contrairement à ce que pas mal de philosophes ont longtemps cru, les animaux possèdent un langage. Bien sûr, La Fontaine leur a donné voix dans ses fables. Oui, Kafka a prêté sa plume à un singe dans son Rapport pour une académie. Mais, à ma connaissance, aucun animal n’a été en mesure jusqu’ici de s’adresser à nous dans un article d’opinion. Je ne prends pas ici…

Dira-t-on bientôt « trumpesque » ?

À travers les siècles, bien des noms propres de personnages réels ou de fiction ont produit des adjectifs dérivés. Les plus nombreux d’entre eux se terminent par le suffixe « -ien » – racinien –, mais certains préfèrent se décliner en « -ique » – machiavélique – ou en « -esque » – moliéresque. Parmi nos contemporains, un être d’exception, le dénommé Donald Trump, soucieux d’être au centre de tout, des photos de groupes, de l’attention médiatique et de sa propre…

Excellence, ne tronquez pas le latin, s.v.p.

Le Pacte d’excellence en a surpris plus d’un en plaçant le latin parmi les matières du tronc commun et donc pratiquées par tous jusqu’à la troisième année des humanités. Il n’a bien sûr pas surpris les convaincus, dont je suis : le latin a assez fait ses preuves, depuis deux millénaires, qu’il est à même de former et de structurer des intelligences capables de s’adapter à tous les types de raisonnements, y compris scientifiques. Une question…